humani nil a me alienum puto

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 5 octobre 2020

la Covidtchina

L'espoir qu'une oeuvre de 3h30, nécessitant un entracte, un choeur, de nombreux solistes et un gros orchestre, puisse se tenir en fin d'après-midi de dimanche à la Philharmonie aurait du être maigre. Plus tôt dans la semaine, un premier Gergiev avait déjà été annulé. Mais parmi les fidèles des fidèles, tous présents, on sait que le chef a le bras long, et si un orchestre allemand ne peut venir, l'orchestre et le choeur russes du Mariinsky le peuvent. Ah, ces Russes…

Ceci étant, les fidèles étaient présents aussi parce que non sacrifiés : avec les nouvelles restrictions en nombre de spectateurs autorisés, il faut écrémer sévèrement. La philhar a choisi de sacrifier les derniers inscrits, peu importe la catégorie, et de replacer les plus anciens en surclassant. Ou comment je me suis retrouvé sur un premier rang de parterre quasi-vide, certes de côté. Comme il n'y avait quasiment personne, je me suis donc positionné juste derrière le chef, légèrement impair (A3, puis A5 après l'entracte, pour avoir un meilleur angle — une dizaine de sièges libres de chaque côté). On voit mal les chanteurs solistes, les surtitres sont praticables modulo un petit mal au cou, mais on peut étendre les jambes et ça protège des réverbérations dans la salle vide qui ont gêné mes camarades mélomanes. En fait, c'est une expérience intégrée, comme partie de l'orchestre, lorsque le son n'est pas encore bien fusionné, et que l'on ressent toutes les vibrations (ce qui n'est pas donné, dans cette salle).

La Khovanchtchina, c'était manifestement ma première fois. C'est dire si cet opéra de Modeste Moussorgski, dont il a écrit le livret et la partition piano, bien plus tard réorchestrée par Dmitri Chostakovitch, est peu donné. Dans le genre fresque russe, on mélange politique, religion, histoires d'amour marginales, et tout le monde zigouille tout le monde. Ah, ces Russes, c'est quelque chose… Ça n'a souvent ni queue ni tête, et il ne faut pas se tromper : on reste très premier degré. Le niveau d'arrogance, d'égocentrisme et d'orgueil est proprement ahurissant, on se dirait qu'un Français, en face, ferait très modeste. La séquence #metoo du deuxième acte, aussi, est quelque chose. Tout ça pour terminer dans un grand bûcher suicidaire façon marshmallow.

Il y a du gros volume dans tout cela. De la grosse voix, du gros orchestre, du gros chanteur (physiquement… De près c'est encore plus impressionnant, je pourrais habiter dans la moitié d'entre eux). Valery Gergiev dirige tout cela avec son talent et cure-dent usuel — la main gauche servant à être secouée comme un poulpe à moitié mort qui se contracte parfois de manière erratique. La distribution est pléthorique, et avec le bordel ambiant, a été modifiée en dernière minute façon chaises musicales. Yulia Matochkina en Marfa est le personnage féminin fictif qui encadre le drame sinon tout à fait historique. Yevgeny Akimov joue le Prince Andrei Khovansky, qu'on voit essentiellement pour essayer d'abuser, voire violer (second choix au pire : tuer), Emma (Violetta Lukyanenko). Son père, le Prince Ivan Khovansky, a une partition bien plus généreuse pour un Mikhail Petrenko qui de fait a l'air plus jeune que son fils fictif. Il tient la dragée autre à un autre prince, plus au pouvoir, Prince Vasily Golitzin, Oleg Videman. D'ailleurs il y a tellement de princes dans les environs qu'il y en a même un qui s'est reconverti en ecclésiastique (équipe conservatrice-réac, mais difficile de faire la différence sur le terrain : ils sont tous fous pareil, lui un peu plus sage, ceteris paribus), Dossifeï — Stanislav Trofimov et sa grosse barbe, tête de l'emploi lui aussi. Et puis citons encore : Evgeny Nikitin (Shaklovity), Larisa Gogolevskaya (Susanna), Efim Zavalny (Le Clerc), Andrei Popov (Le Scribe). Et quelques autres bien plus mineurs. Aucune défaillance, tout excellent.

C'est long mais c'est bon, comme on dit. L'entracte devait arriver après l'acte II, qui s'achève brutalement — ça aurait donné un effet "pub sur TF6", couic. Mais finalement, il a été repoussé avec l'acte III, que le livret décrit très extensivement en deux phrases : "Marfa se reproche son amour pour Andreï, qui l'a trahie, quand Dosifei la console. Arrivent des streltsy ivres." Une bonne demi-heure. On va dire que c'est peu équilibré. En acte IV, il y a une sorte de ballet, du moins d'intermède, de bien 10 ou 15 minutes, dont on se demande à quoi ça se rattache dans l'action (manifestement un prince est taillé en pièce pendant que l'autre rival est banni — ça aurait plus de sens en se disant que ça arrive au milieu du bloc 3-4-5), mais qui est là encore exceptionnel sur le plan musical. Le finale, à l'acte V, est d'une impressionnante puissance.

Fin vers 21h50, finalement pas si éloignée de la prédiction du programme que l'on raillait un peu tous. Improbable et magnifique soirée, très copieusement applaudie, alors qu'aucun artiste n'était masqué.

lundi 2 mars 2020

dame de fil blanc

Qui a remarqué que l’Opéra Comique est domicilié au 1 Place Boieldieu ? De François-Adrien Boieldieu.

Avec son 26e opéra-comique, Boieldieu enthousiasma Rossini : « Vous avez accompli un tour de force, êtes resté spirituel et vrai, animé et dramatique », Weber : « Depuis Les Noces de Figaro, on n’a pas écrit un opéra-comique de la valeur de celui-ci » et Wagner : « C’est la plus belle qualité des Français qui s’exprime dans cet opéra ». La Dame blanche fut le premier titre de l’Opéra Comique à atteindre 1000 représentations et connut un succès mondial et durable, jusqu’à inspirer la fin du Trésor de Rackham le Rouge à Hergé.

Et puis : plouf. Comme toutes ces rues qui mènent à l’opéra Garnier, décoré de bustes d’illustres inconnus. D’ailleurs, le livret de « La Dame blanche » est d’Eugène Scribe, une autre célébrité de l’époque quasiment disparu de l’histoire. En 1825, c’était une tuerie, donc. Quid en 2020 ? Alors que je dégustais quelques petits fours gratuits philanthropiques à la philharmonie, après quelque présentation de la prochaine saison de l’orchestre de Paris, un homme charmant avec qui j’ai lié discussion me recommanda chaudement ce revival, dont je m’aperçus qu’il était justement programmé sur la soirée où mon binôme usuel d’opéra avait récupéré une place. Pourquoi ne pas regarder s’il en reste, dès lors ? Pas grand chose, mais de quoi faire pour peu de pécule : tardant trop pour Internet, un coup de fil m’assura d’une place a priori pas trop mauvaise, que je n’eue pas même à rejoindre physiquement…

Une très bonne position pour admirer une mise en scène de facture classique par Pauline Bureau, en vieille fausse pierre, en tartan (comme les ouvreuses) (dont une mini super mignonne, premier balcon cour), qu’un ponte universitaire qualifia à l’entracte de « provinciale » (bingo : coprod avec Limoges, comme quoi j’aurais peut-être pu l’attraper là-bas), et en tout cas d’âgé. Bon, au moins, on évite les nazis (quoique, on y a échappé de peu avec les simili-juges en simili-cuir noir — des simili-nazis ?) et la vidéo a apporté une originalité certainement absente de l’original en 1825.

Le problème est que le livret oscille entre le tarte et tartan, ou autrement dit, c’est une dame blanche cousue de fil blanc. On y trouve tout le bingo de l’opéra d’époque : masque, enfant perdu, tuteur tortionnaire de jeune fille, amour contrits et multiples des mêmes personnes sous différentes identités, vente de château, paysans aimables folklorisés, etc. Et puis l’intrigue qui se veut compliquée alors qu’elle ne l’est point des masses. Au bout de 1h50, au moment de la fin de la première partie, on se demande en choeur : « quel est ce mystère ? » Une partie de la salle n’attendra pas les dernières quarante minutes pour le savoir. On les devine, depuis, transis d’interrogations qui les poursuivront jusqu’à la tombe.

Si la direction musicale de Julien Leroy de l’Orchestre National d’Île-de-France est solide, et la partition plaisante, on n’en garde guère de souvenirs rapidement. Les chanteurs sont aussi tous très bons : d’abord Philippe Talbot qui tient le premier rôle de Georges Brown, brave soldat ; et Elsa Benoit en Anna, qui cache bien son jeu, et doit souffrir de l’intendance de Jérôme Boutillier (Gaveston). Sophie Marin-Degor (Jenny) forme avec Dickson (Yann Beuron) un couple de fermier accueillant et fan de soldats. Complètent la distribution Aude Extrémo (Marguerite), Yoann Dubruque (Mac-Irton) et le choeur Les éléments. Tout cela est bien et bon, historiquement intéressant, à voir sans doute, mais on comprend aussi assez facilement pourquoi ça a sédimenté par dessus.

lundi 24 février 2020

ombre pour autrui

Cela faisait très longtemps que je n’avais vu de femme sans ombre. Die Frau ohne Schatten, du duo bénéfique Richard Strauss/Hofmannsthal, c’est un mix entre La flûte (parcours initiatique), Faust au féminin (le contrat avec les petites lignes damnées) et la gestation d’ombre pour autrui. Un livret métaphorique un peu dingue, et une composition superbe. Mais cette fois sans la mise en scène de Wilson, seulement quelques disposition de chanteurs dans la salle, de temps à autre, pour donner du relief.

Le TCE, où tous les ninjas de la création ont convergé pour l’occasion, et où Laurent, ne pouvant arriver pour 18h30, a pu upgrader nos places (avec mon binôme baroque en mode découverte et absolument ravie) pour un premier rang de première loge dans le tournant pair (j’en ai profité pour donner ma propre place à une revenante opportune, Léa !), a programmé une distribution sans faille. L’Impératrice par Elza van den Heever, l’Empereur par Stephen Gould et Michaela Schuster comme Nourrice ; Lise Lindstrom pour la Teinturière et Michael Volle pour Barak, son mari. Et Katrien Baerts, la voix du faucon. Les renforts (Bror Magnus Tødenes - L’apparition d’un jeune homme ; Andreas Conrad - Le Bossu ; Michael Wilmering - Le Borgne ; Thomas Oliemans - Le Messager de Keikobad ; Nathan Berg - Le Manchot) sont eux aussi impeccable, tout comme le Rotterdam Symphony Chorus agrégé de la Maîtrise de Radio France.

La baguette de Yannick Nézet-Séguin (qui est vraiment minuscule, quand il embrasse le cast féminin il est à hauteur de seins !) est à la hauteur de sa réputation. Je ne sais pas si j’avais déjà entendu le Rotterdams Philharmonisch Orkest, mais force est de constater que la partition de Strauss a été sublimée. Une soirée très attendue et superbe comme espérée.

dimanche 26 janvier 2020

concert damné

230 choristes et 95 musiciens, paraît-il. Ça remplit bien la scène de la Philharmonie. Tugan Sokhiev était à la tête d’un orchestre de Paris endiablé pour la Damnation de Faust de Berlioz. Damnée a été une partie de la distribution, malade, donc remplacée au pied levée. Ça donne : Paul Groves (Faust), Karine Deshayes (Marguerite), Paul Gay (Méphistophélès), Renaud Delaigue (Brander). Apparemment, on y a bien gagné par rapport à la veille.

Damnés étions-nous aussi un peu dans le public, privé d’éclairage décent, car nous annonce le premier violon Roland Dugareil lors d’un discours déchainant les passions, entre applaudissements et huées (et du « c’est nul ! » ayant pour écho « c’est toi qui est nul ! », du haut niveau français), la vie, c’est dur. Mon impromptue binôme, qui fait des expériences dans la vie (il n’est jamais trop tard, mais ce n’est pas encore bien ça…) était en revanche ravie : la lumière, ça fait fuir les punaises de lit, ses nouvelles amies dispensables (miam, je les comprends).

Mais sinon, ça se tenait très bien. Et même si ça terminait franchement tard (heureusement que les trams circulaient !), dans l’ensemble, nous fûmes plutôt bénis.

lundi 20 janvier 2020

Rossini sous acide

« On dirait du Mozart sous acide ». Mon fidèle binôme de TCE aura ainsi tout simplement résumé avec la perspicacité cinglante qui la caractérise. Déjà, le livret de L’Italienne à Alger de Rossini est un peu perché : un sultan local en ayant mare d’avoir une femme trop docile décide de la refiler à son esclave italien en échange de sa liberté, tandis qu’il rêve d’une femme caractérielle, qu’il va effectivement trouver en l’amante dudit Italien. On rajoute encore quelques rôles et péripéties pour le bordel, et l’affaire est dans le sac. Avec un Jean-Christophe Spinosi surex, bondissant et survolté à la direction de son Ensemble Matheus — et Choeur de chambre Mélisme(s). 

Très bon cast dans l’ensemble : Margarita Gritskova (Isabella), Veronica Cangemi (Elvira), Peter Kálmán (Mustafà), Maxim Mironov (Lindoro), Christian Senn (Taddeo), Rosa Bove (Zulma), Victor Sicard (Haly). Et une mise en espace costumée qui est finalement bien meilleure que beaucoup de mises en scène, avec un humour omniprésent bien adapté à la pièce légère mais néanmoins solide de Rossini.

mardi 17 décembre 2019

Lully hors série

Le TCE a programmé un Lully peu connu, « Isis ». Seul le public le plus baroqueux est présent, c’est-à-dire, comme le résume mon binôme féminin usuel, « que des vieux et des gays » — nous appartenons évidemment à la seconde catégorie. La salle est assez vide ; pour cause grève ? On se replace au second balcon de face. Il y fait chaud. Pendant la première demi-heure, le librettiste Quinault insiste sur les références royales de l’époque — il s’agit en fait de Louis XIV qui las de se taper la Montespan (Junon) va badiner de Ludres (Isis). Il paiera cela de deux ans de bannissement et moi d’un certain ennui qui invite à somnoler quelque peu. En plus, c’est assez fouillis, et le fait que les chanteurs peuvent interpréter un nombre déraisonnable de rôles n’aide pas (surtout chez les hommes : Robert Getchell pour Apollon, le premier triton, Pirante, la Furie, la Famine, l'Inondation, deuxième Parque, premier Berger ; Fabien Hyon pour le deuxième triton, Mercure, deuxième berger, premier conducteur de Chalybes, les Maladies languissantes ; Philippe Estèphe pour Neptune, Argus, troisième Parque, la Guerre, l'Incendie, les Maladies violentes).

Première partie pas très trépidante malgré le talent de Christophe Rousset et ses Talens Lyriques (Chœur de chambre de Namur en renfort), mais on sent que l’originalité pointe. Et ainsi, après s’être replacé au tout premier rang du parterre, la seconde partie fut bien meilleure ! D’une grosse heure aussi (si ce n’est pas une heure trente, en fait : timing totalement atomisé pour terminer vers 23h malgré un début à 19h30, ce qui est peu heureux avec la grève), le festival commence rapidement par un air du froid qui a inspiré Purcell (King Arthur) nous révèle le programme (bon, qui parle aussi d’époque « pré-#meToo »…). Et il y a d’ailleurs, après ce choeur qui grelotte, un air du chaud dans les forges dont on se demande si cette fois il n’aurait pas inspiré Wagner (Siegfried). Absolument génial, en tout cas.

Il faut reconnaître aussi un vrai talent aux interprètes. Eve-Maud Hubeaux en Io (future Isis, et aussi Thalie parfois) est une chanteuse rafraichissante en robe blanche à fleurs et couronne de fleurs dans les cheveux. Ambroisine Bré, qui joue Calliope (et : Iris, Syrinx, Hébé, premier Parque), est une mezzo pleine de charmants appas aussi agréable à écouter qu’à regarder (surtout de près). Enfin, Bénédicte Tauran (quels prénoms, on comprends vite qui peut chanter…), pour La Renommée, Melpomène, Mycène, et surtout Junon, paraît aussi caractérielle que ce dernier rôle ou que mon binôme. Cette dernière s’inscrirait bien dans la liste des conquêtes de Jupiter, ou tout du moins d’Edwin Crossley-Mercer Jupiter (qui fait aussi Pan : il y a une logique).

Finalement, la soirée se termine très bien avec un très beau finale, qui ne nous a pas fait regretter non seulement d’avoir coché cette soirée un peu à l’aveuglette, mais aussi d’avoir bravé les éléments parisiens.

mardi 10 décembre 2019

Figaro en niveau de Gray

Seulement trois Noces de Figaro en 14 ans : je n’aurais pas cru si peu ! D’autant que l’air du mariage me trotte souvent dans la tête. Sur les trois, il y en avait deux avec mon binôme usuel : on peut donc incrémenter ces statistiques à quatre et trois.

Cette fois, après Bastille et Pleyel, c’était au TCE. Et avec une mise en scène : par chance, la représentation est tombée avant les grèves ; par malchance, un dimanche, soit la période la plus envahie par les mioches et les spectateurs (shootés) en général (mais de fait, j’ai revu un ami !). Difficile de voir correctement lorsqu’on a une place à 15€ ; c’est d’autant plus dommage que James Gray a prouvé avoir autant de goût à l’opéra qu’au cinéma. Mais il a la maladie courante du problème de latéralisme en théâtre italien, et pour la peine il a tout misé sur l’impair — et justement, nous étions côté jardin, donc du même côté que le principal de l’action… Le départ des deux voisins de droite à l’entracte fut salutaire pour mieux profiter de la deuxième partie (dont ce dernier acte qui n’est jamais bien passionnant : usuellement il arrive après deux heures trente, et on a sommeil, mais là ça commençait en fin d’après-midi…).

Cette mise en scène était dans la lignée des classiques à l’ancienne (donc pas de nus, pas de nazis, pas de bidets, pas de plastique, pas de moche). De très beaux décors, de beaux costumes (en reconstitution historique ? Christian Lacroix, vois-je à présent !), un jeu de scène intelligent et drôle (pour ce qu’on peut en voir en se tortillant), un usage intelligent de l’espace. Grâce à des escaliers montant depuis la fosse et une passerelle pour communiquer avec le parterre, les personnages passent parfois par le public, par exemple lors que Barbarina recherche son épingle (hum), avec une lanterne. Mais tout un chacun pourra profiter de cela puisque France TV s’est amené avec autant de camions à l’extérieur que de caméras à l’intérieur.

Tout comme du très bon casting, sous la direction de Jérémie Rhorer (avec son Cercle de l’Harmonie dans la fosse).

Anna Aglatova - Suzanne
Robert Gleadow - Figaro
Stéphane Degout - Le Comte Almaviva
Vannina Santoni - La Comtesse Almaviva
Eléonore Pancrazi - Chérubin
Carlo Lepore - Bartolo
Jennifer Larmore - Marceline
Florie Valiquette - Barberine
Mathias Vidal - Basilio
Matthieu Lécroart - Antonio
Rodolphe Briand - Curzio

Du grand Figaro ! Et du grand Mozart, évidemment.

dimanche 10 novembre 2019

hercule te prends

Pendant le concert précédemment chroniqueté, l’ami berlinois faisait quelque peu du commerce, et c’est ainsi que j’ai hérité d’une place pour Ercole amante à l’opéra comique pour le lundi suivant. À 6€ seulement, avec un positionnement propice au replacement ninja : et pour cause, s’il a fallu traverser la corbeille pour profiter des trous repérés en jardin, le staff est assez sympathique pour aider à se frayer un chemin. Bingo en côté de 3e rang de corbeille. On ne voit pas tout, mais l’essentiel est là, car la mise en scène est bien pensée pour que le fond de scène puisse être vu de partout.

Mais surtout, le travail de Valérie Lesort et Christian Hecq est à mourir de rire tellement il recèle de trouvailles en tout genre, qui fusent à un débit délirant. Notamment un bestiaire figurant un monstre échappé d’un Disney. Des héros assortis dans une sorte de cosplay. Et encore : un sous-marin (avec Neptune en barbe verte), un oiseau mécanique volant pour déesse, une montgolfière, un ballet de plongeurs, un hercule à gourdin… J’en passe et des meilleures. Évidemment, il y a une interaction régulière entre les chanteurs (très solides !  Avec Nahuel di Pierro, Anna Bonitatibus, Giuseppina Bridelli, Francesca Aspromonte, Krystian Adam, Eugénie Lefebvre, Giulia Semenzato, Luca Tittoto, Ray Chenez, Dominique Visse) et l’orchestre Pygmalion de Raphaël Pichon (dont le choeur est au début incrusté dans une grande étoile dorée : ça commençait très fort, juste après les cuivres derrière la corbeille !) — excellente interprétation qu’on oublierait presque, avec la mise en scène omniprésente.

Ça foisonne d’autant que le livret de Francesco Buti est un sacré bordel, où il est difficile de se retrouver, avec ces amour d’Hercules marié pour sa future belle-fille, alors que les dieux et les servants mettent leur grain de sel dans l’affaire. Pas sûr que cet opéra de Cavalli, avec son apéritif à la gloire de Louis XIV et de quelque mariage couronné, ait été conçu pour autant de rigolade. Surtout, c’est très long (1h55 + 1h10, soit 3h30 en tout avec l’entracte : on sort donc à 23h30…). Heureusement que le ton parodique est irrésistible, ce qui en fait clairement le spectacle du moment à ne pas rater !

papillon-san

Le retour du Puccini-Wilson à Bastille n’avait pas forcément attiré mon attention, mais un alignement de punaises et de deuil m’a fait récupérer une place de ninja au dernier moment. Une place bien située en 2e galerie, ce qui correspond à une hauteur de bas de second balcon, mais à une distance équivalente au 14ème rang. Ce n’était pas plus mal, même si rester en équilibre pendant 2h45 (moins l’entracte) n’était pas de tout repos. En effet, dans le rôle-titre de Madame Butterfly, Ana María Martínez, qui assurait la représentation du 30 octobre en alternance, a beau avoir une très belle tessitude, parfaite pour Cio-Cio-San (Tchotcho en VO, présume-t-on ?), elle ne passe pas le tiers de la salle en volume. C’est embarrassant. Voilà le genre de détail qu’on aurait pu vérifier pour le casting…

En revanche, Marie-Nicole Lemieux en Suzuki, Dmytro Popov pour Pinkerton et le toujours sûr Laurent Naouri en Sharpless, passent tout à fait bien. Aussi, il peut y avoir des moments fabuleux quand tout le monde s’y met correctement (surtout à la fin de chaque acte), et des moments tout à fait déséquilibrés devant la faiblesse de la soprano en chef.

Le plus stable de l’histoire, aussi parce que le seul des trois premiers rôles à ne pas alterner avec un double (de telle sorte qu’il y a 2^3 combinaisons, certaines n’arrivant qu’une seule fois…), c’est le chef Giacomo Sagripanti, fort inspiré, comme on dit. On connaît sinon bien la vieille mise en scène de Bob Wilson, qui divise le monde en deux catégories, entre ceux qui détestent et ceux qui adorent. On me range toujours entre les deux (mais plutôt du côté positif) : j’admets que la référence au théâtre no est pertinente, mais il y a quand même des moments de passion italienne où cela ne marche pas du tout ; dans l’ensemble, ça reste beau, et parfois même, extrêmement beau. 

Une bonne soirée, mais qui valait bien 15€, guère plus (clairement pas les 225€ d’une première catégorie, surtout si c’est pour se retrouver derrière (grosso modo) le 14ème rang (au premier balcon par exemple).

mardi 29 octobre 2019

sans filet

Pour Le Freischütz au TCE, il faut venir avec une binôme qui rime, c’est mieux. Facile de s’avancer de plusieurs rangs pour profiter de la mise en scène assez huée — selon une tradition parisienne —, pas forcément parce que Clément Debailleul et Raphaël Navarro (Cie 14:20) à la mise en scène, Valentine Losseau (Cie 14:20) pour la dramaturgie et Clément Debailleul à la coordination artistique, scénographie et vidéo (ça en fait du monde !!) ont eu la maladie commune de ceux qui oublient que dans un théâtre à l’italienne, beaucoup de monde est sur le côté et ne voit pas forcément le fond de la scène. C’est encore moins de chance quand on est côté jardin et que tout se passe là. C’est même profondément stupide.

Mais ce n’était pas si moche, surtout si l’on considère l’absence de nazis et de gens de tous nus (et de chiottes ou autre tondeuse à gazon). Le seul reproche qu’on peut vraiment faire est d’avoir choisi des costumes en grisaille, ce qui est non seulement triste mais surtout pénible pour reconnaître les personnages (non tout le monde n’est pas dans les dix premiers rangs !). Il semblerait aussi qu’il y avait quelques problèmes avec le suivi du livret, mais franchement, vu d’en haut, ce n’était pas le problème principal. C’est d’autant plus dommage qu’il y avait de bien jolies trouvailles, entre ombre et lumière (même si au bout d’un moment, les balles lumineuses — magiques ? — ont commencé à perdre leur effet de surprise…).

Max (Stanislas de Barbeyrac) doit gagner le concours de chasse pour gagner la main d’Agathe (Johanni Van Oostrum). Mais comme il n’est pas très bon, il décide de truander avec un maléfique complice (qui forcément essaie de le piéger). Ambiance chasse, péchés et nature. Opéra bouffe en Allemand avec une intro super connue fréquemment donnée en concert, la distribution (Chiara Skerath - Ännchen ; Vladimir Baykov - Kaspar ; Christian Immler - L’Ermite ; Thorsten Grümbel - Kuno ; Daniel Schmutzhard - Ottokar ; Anas Séguin - Kilian ; Clément Dazin - Samiel) était de fort bon niveau et la direction de Laurence Equilbey très bien, même si parfois, ça sonnait quand même trop ancien. En même temps, ambiance cor de chasse, aussi…

Une bien bonne soirée.

- page 1 de 46