humani nil a me alienum puto

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 19 novembre 2009

le foutage de gueule crosoft

Ça fait un peu longtemps que je n'ai pas gueulé sur ces voleurs impotents de m$, mais leur dernière pub people ready avec SNCF voyages est simplement révoltante : d'une part parce que les serveurs tournent sous Linux (avec des bases Ingres), d'autre part parce que les PCs de bureau sont effectivement sous windaube, et tombent très régulièrement en rade. La preuve hier encore, où le Vista au guichet en gare du Nord a lamentablement planté comme une grosse merde : et le temps de redémarrage a impliqué que l'on me change de guichet, et que celui concerné soit temporairement fermé ! Bravo la productivité.

Franchement, ce n'est pas pour être méchant, mais prendre la SNCF comme exemple d'infrastructure informatique, c'est vraiment, vraiment une mauvaise idée (et ce indépendamment de voyages-sncf.com, géré à part, et qui est effectivement une sombre merde -- ça changera au maximum en août, décision politique). Avec les pubs windaube 7, j'ai de plus en plus l'impression que m$ se fiche ouvertement du monde, sans aucun complexe. En voyant les notebooks actuellement quasiment tous vendus sous du Vista (ou du XP maquillé ?) qui rame à fond pas adapté pour un sou à 150€ de plus (soit +50%) que ce qu'ils étaient vendus deux ans auparavant sous Linux (avec des distros largement bâclées), je crois qu'effectivement, le consommateur est devenu un bovidé n'ayant que ce qu'il mérite.

lundi 16 novembre 2009

installer OpenSuse 11.2, c'était mon idée

Alors qu'à la téloche, on a droit à de la pub windaube7 complètement neuneu, qui nous raconte qu'avant c'était la merde, mais suite à un coup de maquillage -- grâce au héros de la pub, pauvre concept d'appropriation du produit par le public, la com' pour les nuls -- tout va beaucoup mieux, les distribs Linux sont de sortie, ces derniers temps, avec en guest stars du noyau >=2.6.30, et du KDE4.3. Et ça, les amis, ça poutre grave.

Jusqu'ici, je bavais donc sur les Ubuntu et autres des collègues, en attendant patiemment que mon OpenSuse favorite sorte des cartons en version stable : l'attente a payé, la meilleure -- et c'est objectif, ne serait-ce qu'avec YaST, l'outil le plus génialissime de configuration -- des distribs, née ce 12 novembre en sa version 11.2, fut installée hier en deux coups de cuillère à pot magique sur mon mini-portable.

Ah que c'est beau ! Ah que ça consomme très peu de mémoire ! Avec des effets graphiques de la mort qui tue parfaitement intégrés ! (Leopard, tiens-toi bien !) Que c'est fonctionnel, aussi ! Je ne suis pas un grand fan des amaigrissements qui me planquent toutes mes config aux petits oignons, mais il faut bien avouer que l'éclaircissement sans perte a été totalement réussi. On gagne un dashboard sur lequel l'applet léchée vient parfaitement facilement s'intégrer, et l'on regrette qu'une seule chose : que l'écran soit trop petit.

Graphismes élégants de bout en bout, système de fichier chiffré (en deux clics), sur du ext4 (il m'avait semblé voir que le btrfs était dispo, mais manifestement, pas à l'install), cela faisait longtemps que je n'avais fait d'install from scratch toute propre (j'ai réinjecté a posteriori toutes mes données utilisateur, ce qui comprend tout de même l'ancienne conf), l'occasion de modifier plus solidement le système de fichiers (hérités jusqu'alors de la conf usine toute pourrie de mon MSI Wind).

Ah, il est beau mon WOPR. Get OpenSuse11.2 !

mercredi 9 septembre 2009

doteuh nette, ça pète !

Ça fait longtemps que je n'ai pas craché sur la techno de m$ .Net. En allant sur une page de vogue, voici ce qui est arrivé :



Erreur du serveur dans l'application '/'.

Une exception de type 'System.OutOfMemoryException' a été levée.

Description : Une exception non gérée s'est produite au moment de l'exécution de la demande Web actuelle. Contrôlez la trace de la pile pour plus d'informations sur l'erreur et son origine dans le code.

Détails de l'exception: System.OutOfMemoryException: Une exception de type 'System.OutOfMemoryException' a été levée.

Erreur source:

Ligne 31 :         else
Ligne 32 : {
Ligne 33 : dom.Load(xmlFilePath);
Ligne 34 : CacheDependency xmlFileCacheDependency = new CacheDependency(xmlFilePath);
Ligne 35 : Cache.Add(cacheKey, dom, xmlFileCacheDependency, DateTime.Now.AddHours(1), Cache.NoSlidingExpiration, CacheItemPriority.AboveNormal, null);

Fichier source : f:\Sites\Vogue\wwwroot\_marketResources\UserControls\F6\BannerGenerator.ascx.cs    Ligne : 33

Trace de la pile:

[OutOfMemoryException: Une exception de type 'System.OutOfMemoryException' a été levée.]
System.Xml.XmlNamedNodeMap.get_Nodes() +26
System.Xml.XmlNamedNodeMap.AddNodeForLoad(XmlNode node, XmlDocument doc) +41
System.Xml.XmlAttributeCollection.Append(XmlAttribute node) +41
System.Xml.XmlLoader.LoadNode(Boolean skipOverWhitespace) +190
System.Xml.XmlLoader.LoadDocSequence(XmlDocument parentDoc) +20
System.Xml.XmlLoader.Load(XmlDocument doc, XmlReader reader, Boolean preserveWhitespace) +129
System.Xml.XmlDocument.Load(XmlReader reader) +108
System.Xml.XmlDocument.Load(String filename) +87
_marketResources_UserControls_Adv_BannerGenerator.Page_Load(Object sender, EventArgs e) in f:\Sites\Vogue\wwwroot\_marketResources\UserControls\F6\BannerGenerator.ascx.cs:33
System.Web.Util.CalliHelper.EventArgFunctionCaller(IntPtr fp, Object o, Object t, EventArgs e) +14
System.Web.Util.CalliEventHandlerDelegateProxy.Callback(Object sender, EventArgs e) +35
System.Web.UI.Control.OnLoad(EventArgs e) +99
System.Web.UI.Control.LoadRecursive() +50
System.Web.UI.Control.LoadRecursive() +141
System.Web.UI.Control.LoadRecursive() +141
System.Web.UI.Control.LoadRecursive() +141
System.Web.UI.Control.LoadRecursive() +141
System.Web.UI.Page.ProcessRequestMain(Boolean includeStagesBeforeAsyncPoint, Boolean includeStagesAfterAsyncPoint) +627


Informations sur la version : Version Microsoft .NET Framework :2.0.50727.4016; Version ASP.NET :2.0.50727.4016

C'est tout de même assez fabuleux. Jolie présentation, en tout cas...

mardi 7 avril 2009

un racket et puis s'en vont

Je vous avais parlé de l'affaire m$ contre Tomtom : j'avais raté que Tomtom s'était retourné avec les mêmes armes, les brevets logiciels. Arrive la question habituelle : "how many divisions ?". M$ a quelque peu gagné, de combien nous ne le savons pas, et peut-être que nous ne le saurons jamais : Tomtom a cédé mais pas trop, et a donc payé sa dîme, si ce n'est sa protection à nos mafieux préférés. Ah bein encore bravo, m$...

À noter cependant que juste avant de négocier, l'OIN a appuyé la société de son soutien : IBM, Novell, NEC, RedHat, Philips (eh oui, les temps changent), Sony, tous alliés contre m$. Ça aurait pu faire du sang partout, ce sera pour une prochaine fois...

vendredi 6 mars 2009

m$ vs tomtom

Je n'ai point écrit ici un billet sur Linux ou l'embarqué depuis une éternité, mais il faut dire que j'ai un blog pro pour ça, maintenant. Cependant, je ne pourrais me permettre -- a priori, parce qu'il faut voir comment le PDG il n'y va pas avec le dos de la cuillère... -- d'insulter ces salopards de m$ comme je vais bientôt le faire (ah, comment ça j'ai déjà commencé ?). La semaine dernière, donc, les ahuris des brevets logiciels ont décidé d'attaquer.

Apparemment, des gens qui ne sont pas forcément bien aimés de la communauté du libre, Tomtom (ils avaient essayé de violer la GPL, mais se sont fait pincer : résolution à l'amiable), avec un emballage "noyage de poisson" ; la preuve :

The eight U.S. patents that Microsoft has listed in the complaint (which does not list individual TomTom device models) include three that appear to involve open-source Linux technologies:

  • 5,579,517 – "Common Name Space for Long and Short Filenames"
  • 5,758,352 – "Common Name Space for Long and Short Filenames"
  • 6,256,642 – "Method and System for File System Management Using a Flash-Erasable, Programmable, Read-only Memory"

The complaint also refers to proprietary navigation technologies allegedly covered by these U.S. patents:

  • 6,175,789 -- "Vehicle Computer System with Open Platform Architecture"
  • 7,054,745 -- "Method and System For Generating Driving Directions"
  • 6,704,032 -- "Methods and Arrangements for Interacting with Controllable Objects within a Graphical User Interface Environment Using Various Input Mechanisms"
  • 7,117,286 -- "Portable Computing Device-integrated Appliance"
  • 6,202,008 -- "Vehicle Computer System with Wireless Internet Connectivity"

Donc on a un procès pour cinq violations de brevet fulgurants (les deux derniers restent les plus drôles, le premier laisse très songeur, mais les deux du centre sont vraiment énormes...), et au milieu, trois sur Linux. Car Tomtom, nous disions, c'est du Linux embarqué. Et les brevets, en l'occurrence, portent sur cette pire merde infâme de FAT, le système de fichier le plus naze jamais inventé (compatible MSDOS), et donc utilisé partout dans le monde. Forcément, quand on veut avoir un système de clé usb lisible sur un PC windaube sur laquelle on va mettre ses cartes de route (par exemple), avant de transférer ça sur le système embarqué, on opte pour FAT, comme tout le monde.

M$ joue là un jeu très dangereux. En s'attaquant à une boîte qui n'est pas intégrée dans la communauté, elle espère ne pas se sentir dans la peau d'un autrichien en 1914, car le système d'alliance entre IBM, Novell, Oracle (pour HP, on a jamais trop su, ça dépend des fois) et autres gros poissons investis à fond dans Linux et qui ne portent pas beaucoup la firme de Redmond dans leur cœur (le monde se divise en deux catégorie : ceux qui détestent m$, et ceux qui s'en foutent sans trop les aimer -- ce qui n'empêche jamais de signer des traités) risque de briser l'état de guerre froide qui règne actuellement : si IBM commence à aligner ses milliers de brevets logiciels, les plus malins dans l'histoire ne seront certainement pas les rigolos à la suite d'OS la plus pourri jamais codée (j'aime bien les magazines d'info neuneus, qui titre que Windaube7 va faire oublier le "désastre" Vista : manifestement, vendre de la merde en l'assumant ne leur a jamais empêché de faire des milliards, et ça n'est pas près de s'arrêter).

Et quelque part, alors que M$ n'a clairement pas la conscience tranquille, j'oserais presque espérer qu'il coulent sur cette histoire. Avec SCO, ils avaient une marionnette, qui a finit par se désagréger en ayant engraisser des avocats au passage (le dénouement fut tragi-comique, avec la découverte de Novell de leur possession des droits d'UNIX, et donc de l'innocuité de l'action de SCO). À présent qu'ils se mouillent eux-même, espérons qu'ils y perdront de grosses plumes. Et au moins, définitivement, l'œil complaisamment ignorant du grand public. Car si m$ se permet tout cela, c'est qu'il y a toujours une énorme masse de moutons désinformés (un comble pour de l'informatique) pour leur filer de la thune.


edit:

Bang the TomTom Softly
Has Chancellor Palpatine given the go ahead to execute Order 66 or is the TomTom lawsuit about nothing more than GPS?

dit "Linux Magazine" US. C'est pas ma faute !!

mercredi 26 novembre 2008

oh, ce qu'ils n'ont pas osé faire !

RealBasic : via une google ad, je découvre cet IDE+compilateur crossplatform win/linux/mac (toutes versions de mac), qui... réinvente VB6  >_<". Et là normalement, il faut troller à mort, mais voilà, après un coup d'oeil, c'est simplement épatant (j'aime particulièrement le debug pas à pas où l'on peut visualiser le contenu d'une image !). Et je suis bien embêté pour me moquer, maintenant, parce que chiotte, c'est quand même du basic avec des Dim et autres saloperies. N'empêche, c'est manifestement carrément meilleur que le Visual Basic de m$ (même à l'exécution : pas besoin d'une dll de réinterprétation, la plaie absolue de VB pour filer ses programmes à quelqu'un d'autre), et c'est par des texans (ouch !) qui vous traduisent le site ouèbe dans votre langue sans qu'on ait rien à lui dire.

Purée, y'a des gens qui en 2008 codent un compilateur propriétaire complet from scratch, avec une IDE complète (qui n'est pas un plugin eclipse), avec des features puissamment clickodromesques (pareil que sous VB, on construit sa fenêtre en WYSIWYG), pour... du Basic. Va me falloir un certain temps pour m'en remettre...

dimanche 7 septembre 2008

bande de crétins de journalistes incompétents !

Oh les cons. 15 minutes de reportage sur les netbooks (ah non, mini-PCs, la dénomination la plus répandue n'a pas été lâchée) à "Capital" : on a commencé par voir un EeePC, par dire que ça vaut 270€ et que c'est super cool, ça envahi le marché à coups de millions d'exemplaires, blabla (on passe par un jeune chercheur d'emploi qui vit dans un 130m², et qui adoooore son Eee Pas Cher), et on va chercher les origines de ce bas-coût au MIT, via Negroponte et l'OLPC. Et puis on va vite se concentrer sur "un des constructeurs jaloux d'Asus qui a voulu faire pareil" (bon, on oublie qu'il faut s'y prendre vachement à l'avance avant de lancer un tel produit : si vous avez vu le Gdium -- extrêmement mal référencé --, ça ressemble fortement à ce pour quoi j'ai passé un entretien d'embauche l'année dernière chez Mandriva -- on parie le MIPS-like qui sert de CPU est produit par ST ?), à savoir MSI. Et on ne va plus les lâcher. On va dire que comme le portable est plus petit, la dalle aussi, le lecteur CD est absent (40€ de moins, nous dit-on : la blague !), et le disque dur plus petit. Oui, disque dur, parce que le MSI Wind est spécial.

C'est effectivement le seul à être uniquement sous windaube, et même l'un des rares sous windaube tout court, puisqu'une version de la seconde génération de Eee l'a rejoint. Donc DD, parce que windaube, comme son nom l'indique, est une grosse daube dégoulinante pas foutue de rentrer sur quelques gigas (on parle de cet ancêtre de 2001 d'XP, pas du mastodonte horrible de Vista, évidemment). Et ça ne choque toujours pas les journalistes. Non non, se sont même pas aperçus que l'interface de tous les miniPC sauf le MSI ne sont pas composés d'un menu démarrer et d'une colline verte.

Mais c'est pire que ça, puisque cette bande d'imposteurs intellectuels nous parlent de machines à moins de 300€, alors que le MSI est minimum à 398€, et plutôt aux alentours de 450€ si l'on veut une machine un peu plus conséquente. Mention spéciale au passage aux journaleux-experts de Micro PC, qui nous sortent des choses aussi précises que "on peut tout de même stocker deux ou trois divx, et disons... un millier de photos" (au secours !), au journaliste qui pour illustrer l'assertion "le CPU est disons deux fois moins puissant que celui d'un portable moyen" (ce qui est un petit peu une connerie, mais passons, on parle de merde d'Intel, et il semble bien que l'Atom n'est pas aussi bon qu'annoncé, surprenant non ?), nous apprends que "coder un mp3 prendra 4 à 6 minutes de plus" (mais qu'est-ce qu'il dit ??), puis à l'autre crétin-expert qui sort tout ahuri que l'on ne pourra pas faire marcher un seul jeu dessus (comprendre : le dernier jeu à la mode qui a besoin d'un PC à 2000€, pas le TA de 98 toujours-copié-jamais-égalé), avant d'admettre que ce n'est pas ce que l'on demandait, après tout.

Bien vu l'ami : d'ailleurs, tout le long du reportage, on aura juste omis de parler du business model de ces machines. Une paille, pourtant on tourne fortement autour du pot. Mais ce qui m'a le plus énervé, outre les approximations et le peu d'intelligence du tout, c'est que cette bande d'attardés incompétents ont oublié un mot, celui qui fait le Asus est à 270€, comme l'Acer One (ah, j'en ai eu un pour 260 ce WE, mais il n'est pas pour moi, j'attends la version... avec disque dur, pour pouvoir compiler dessus, bien sûr), et comme tout un tas d'autres machines, contrairement justement aux MSI à plus de 400€ : Linux !!

Comment en arrive-t-on à être aussi couillon et à autant ne rien comprendre à la vie ? À réussir à gagner sa vie quand on est si manifestement si con ? En voilà de vraies questions ! La bonne nouvelle, c'est que le neuneu moyen (car le journaliste lamda est neuneu moyen, de base -- alors qu'un présentateur est par exemple quasiment toujours juste très bête) n'y voit vraiment que du feu, même pas s'il se pose la question, ou remarque quoi que ce soit (pourtant il y a écrit "OpenOffice.org" en haut de la fenêtre du traitement de texte...). La mauvaise c'est qu'une très bonne occasion de parler du libre qui a été raté à la télé (alors que même au Nouvel Obs, on sait écrire un petit article -- approximatif --, au moins). La non-nouvelle, enfin, c'est que journaliste est clairement devenu un métier de ratés pour littéraires pas foutus de devenir prof ou bibliothécaire.

vendredi 1 août 2008

y'en a qui ont des idées bizarres

Même qu'ils devraient savoir s'arrêter (ridicule pas loin). "VirtualLogix Introduces Real-Time Virtualization Support for Windows Vista™". C'est vrai que mettre un RTOS sur du x86 à côté d'une bouse inutile et bloatwarisé comme Vista, sous une couche de paravirtualisation temps-réel/embarquée de 20Ko, c'est vachement utile. Un marché inoccupé, c'est certain. Soit c'est du buzz, soit c'est de la perte de temps (y'a bien RTX qui existe déjà...), dans tous les cas, un grand moment de n'importe quoi.

vendredi 2 mai 2008

des conséquences (in)soupçonnées de l'informatique embarquée

Vous me direz : bouh, il est égocentré le type, il croit que tout est à cause de son informatique-enfouie-qu-on-voit-pas. Pas si sûr... Adobe vient de libérer une partie (pas le code de leur lecteur, en tout cas) de Flash. Cette techno est aussi répandue que c'est de la merde, mais il faut bien avouer que les remplaçants ne se poussent pas au portillon (on parle de SVG, avec des extensions d'interactivité -- le rachat par Adobe de Macromedia, qui avait créé Flash, alors qu'ils fournissaient pendant longtemps le seul plugin capable de déchiffré du SVG en module embarqué, pouvait mettre cependant en doute la capacité de cette techno à court terme), et que dans tous les cas, la pénétration du produit est telle qu'elle en devient quasiment incontournable.

Que vois-je donc dans ce qui est "libéré" (ou du moins, là où les restrictions sont relâchées) :

Point d’orgue du projet ? La technologie Flash évidemment. Et c’est là que le sens du mot « Open » prend son sens car, sans parler d’ouverture du code, Adobe a décidé de frapper un grand coup en :
_Supprimant toutes les restrictions d’utilisation des spécifications SWF ainsi que FLV/F4V
_Publiant les API nécessaires au portage du Flash Player
_Publiant les protocoles Adobe Flash Cast et AMF
_Supprimant tous les coûts rattachés aux licences d’utilisation

Spécifications libérées, mais pour le compte de qui ? Gnash, l'implémentation libre qui peine comme ce n'est pas permis pour se maintenir à jour à chaque update de Flash ? Je n'y crois pas beaucoup : cela fait des années que ce projet de la fondation GNU existe. Et là, dans mon cerveau, ça ne met pas longtemps à faire tilt : "Supprimant tous les coûts rattachés aux licences d’utilisation".

Car voyez-vous, Flash est peut-être gratuit sur le PC de l'utilisateur lambda, mais ce n'est pas partout pareil. Petit indice : une société se fiche de dominer une techno sur le monde entier si ça ne lui rapporte rien. Voici le raisonnement, en réalité : la techno est imposée via une proposition gratuite auprès des consommateurs, et une payante auprès des développeurs ; en réalité, cette dernière rapporte assez peu, surtout qu'il existe des compilos action-script gratuits (notamment un en CamL), même si l'on peut penser qu'ils ne sont pas aussi complets que l'officiel (mais pour faire une pub stupide, pourquoi se gêner ?). Là où l'on fait de gros sous, c'est dans le Consumer Electronics.

Téléphone portable. Que nous dit la licence de Flash ? L'utilisation du player est gratuite sur plate-forme x86 (32 bits uniquement), mais payante sur les autres ; pire : royalties, 2$ par appareil me semble-t-il (ou 5, je ne sais plus, en tout cas c'est énorme). Calculez sur vos doigts le nombre de téléphones en circulation, vous verrez la manne financière apparaître, surtout si l'on commence à rajouter les tablettes internet (Nokia ou Archos, architecture ARM aussi), les mini-PCs intégrés (Mips ou assimilé, comme le Lexra ou le bidule Chinois -- ST serait dans le coup, ça m'étonne peu, je sais depuis octobre dernier que Mandriva rode autour, et je vous laisse deviner qui a parlé de la licence Flash comme étant douloureuse : Patrick Sinz de Mandriva à Solutions Linux, conférence sur l'embarqué), les Set Top Box un petit peu évoluées (archi SH4 ou MIPS), etc.

Mais ce qui me fait dire que j'ai raison, c'est la suite : regardons qui sont les acteurs qui ont fait pression dans cette affaire.

Le projet est soutenu par un grand nombre d’entreprises, parmi lesquelles ARM, Chunghwa Telecom, Cisco, Intel, LG Electronics Inc., Marvell, Motorola, Nokia, NTT DoCoMo, Qualcomm, Samsung Electronics Co., Sony Ericsson, Toshiba ou encore Verizon Wireless.

ARM en premier (on est sur PC Inpact, on parle à du neuneu++, pas à de l'ingé embarqué !), avec Marvell puis Motorola pas loin, Nokia ou DoCoMo en end user, Samsung ou Sony en intégrateur, ça en fait du monde qui n'est pas sur x86 et ne fait que de l'embarqué !

Reste à savoir : pourquoi maintenant ? Je subodore une effet inattendu de Atom. L'architecture x86 pour l'embarqué, qui apparemment marche vraiment bien et lorsqu'un gars de WindRiver me dit "testé et approuvé", j'ai plutôt tendance à lui faire confiance. Mais c'est certainement en fait la dernière paille (qui a cassé le dos du chameau, c'est bien connu).

Au passage, en allant chercher le lien vers Atom (parce que tout le monde ne connaît peut-être pas encore), je vois que la dernière news sur linuxdevices, site ne se préoccupant que de Linux embarqué, est "Adobe frees Flash for devices". J'adore avoir raison. Parce que vous l'aurez certainement remarqué de vous-mêmes : tous les acteurs cités dans le projet de libération font du Linux. C'est dans la vague d'ouverture souhaité pour cesser d'être subordonnés à des acteurs de plus en plus nombreux pour réaliser le moindre petit appareil grand public. Vague dont Linux est au coeur (et votre serviteur un vaillant professeur auprès des futurs ingés).

D'ailleurs, pour finir de convaincre que sur ce dernier point je ne suis décidément pas égocentré, il suffit de lire ce que nous dit (innocemment ?) Linuxdevices à propos des acteurs en jeu : "Notably lacking, however, are Apple, Google, and Microsoft." Il semblerait en effet que le travail sur silverlight n'est pas convaincu notre ennemi préféré que décidément l'informatique au standard fermé était vouée à l'échec. Sinon, ils auraient participé à Gnash, après tout. Pourtant, on se souvient des circonstances ubuesques que cela peut avoir, pour en revenir à l'embarqué.



edit quelques heures plus tard : sur la ML de Gnash, on indique à quel point en réalité Adobe préfère se faire un coup de pub et libérer une partie non encore déterminé de ce qui venait d'être quasiment entièrement reverse engineeré pour ne pas perdre le contrôle du marché face à une solution libre ou celle de m$, et on ajoute :

Adobe's change to the license for the free Flash player, to allow distribution in devices without royalties, is a more interesting tactic. Gnash has drawn some of its early support from communities that were ill-served by Adobe's previous licensing ("make every separate end-user download and install it themself -- or pay us!") or by Adobe's seeming inability to recompile their player for 64-bit machines. For some markets, Adobe may be able to drive a wedge between free-as-in-beer and free-as-in-freedom. The OLPC support-gang would be overjoyed if OLPC could ship a free-as-in-beer proprietary flash player. Something like 20% of the support tickets would go away.

mercredi 9 avril 2008

mini(stre) du tourisme (et de la consommation)

Lorsque l'on pose une question au ministre du tourisme et de la consommation, le bienheureux Luc Chatel, il semble qu'il faille attendre longtemps avant d'avoir une réponse ; quatre mois et demi, en l'occurrence. Pourtant, celle-ci est aussi simple et claire qu'elle concerne un sujet d'importance, puisque de quelques millions d'Euros de marché, qui passent d'ailleurs pour bonne partie au nez et à la barbe du fisc. Une paille, quoi ; il s'agit bien évidemment de la vente liée entre hardware et software (et devinez qui s'engraisse : m$, les éditeurs antiviraux, les (a)daube, etc, que du beautiful people). Recopions la question (et passons l'intro, je pense que tout le monde est ici conscient du problème...) de M. Tourtelier Philippe (Socialiste, radical, citoyen et divers gauche  - Ille-et-Vilaine) :

C'est pourquoi, à l'approche de la période de forte consommation que sont les fêtes de fin d'année, il lui demande de lui indiquer les mesures qu'il compte prendre - notamment au niveau de la DGCCRF - pour faire cesser ces abus, rendre aux consommateurs leur droit à l'information sur les prix et les restrictions liées aux logiciels préinstallés, et leur permettre de choisir librement et à moindre coût leur équipement informatique.

Oui, c'était en novembre, à l'époque (mais il est logique que l'on boude M. Tourtelier, quand on y pense, puisqu' "Ille-et-Vilain[e]") ; plus que le temps nécessaire à faire migrer toute l'assemblée sous Linux (Ubuntu, en plus...). Brrrref, fin de la réponse de l'intéressé (qui est payé 12.000€/mois, et depuis que je sais que les fonctionnaires parlent en net et non en brut comme les gens civilisés du privé, ça me rend encore plus triste) :

Il est, par ailleurs, important de veiller à ce que l'élargissement des offres faites aux consommateurs n'entraîne pas une hausse des prix de tous les micro-ordinateurs, en raison de la répercussion sur toutes les machines des coûts supplémentaires de mise en place des offres alternatives.

Magnifique passage venant d'un néo-libéral... La mise en concurrence est maléfique, et fait augmenter les prix, bravo !

Il faut enfin veiller à ce que ce choix de solutions techniques plus large ne s'accompagne pas d'une dégradation des services rendus par les unités d'assistance en ligne.

Mais quel est donc le rapport avec la choucroutte, coco ?

Il est à souligner que certaines enseignes de distribution spécialisées en micro-informatique proposent, dès à présent, des micro-ordinateurs sans logiciel préinstallé ou avec un système d'exploitation alternatif au logiciel dominant.

C'est précis, ça. Et donc, comme il existe des serveurs sous Linux, m$ ne fait pas preuve de position dominante ? Allo la cour de justice de l'Union Européenne ?

Si ces offres ne concernent que peu de références pour le moment, elles sont toutefois en mesure de satisfaire la demande spécifique d'une partie des consommateurs qui ne souhaitent pas payer une licence de système d'exploitation dont ils n'ont pas l'usage.

Heureux de l'apprendre. Ou pas.

Sur le plan juridique, des décisions de justice sont attendues au cours de cette année, notamment à la suite des actions engagées par une association agréée de consommateurs devant plusieurs tribunaux de la région parisienne. Ces décisions devraient contribuer à clarifier la situation.

Ah, voilà le fond du problème ! En gros, le monsieur il dit qu'il sert à rien, laissons faire la justice au cas par cas (et le marché à plus long terme, au pire), et laissons pour l'instant la loi ouvertement bafouée. Bein si ça en était pour arriver là, il ne m'aurait pas fallu quatre mois pour y arriver (et je ne facture pas 12.000€ le mois, qui plus est). Je ne sais pas trop si Luc Chatel est un bon ministre du tourisme et de la consommation, mais il m'apparaît assez évident qu'il est rudement bon comme ministre touriste, tiens ! (il semblerait en outre que par soucis d'économies, l'Etat veuille se débarrasser séparer de la moitié de ses fonctionnaires, surtout les plus inutiles, et à mon sens logique certainement les plus chers de ceux-là ; une idée me traverse tout à coup l'esprit)


edit: voir aussi linuxfr

- page 1 de 12